Le modèle israélien de politique de l'eau : le principe du développement durable

Publié le par Association France Israël Marseille

Le modèle israélien de politique de l'eau :
le principe du développement durable

 Un autre regard sur le Proche-Orient Avril 2012 n°6

En 1967 Israël pouvait compter globalement sur 508 m3 d’eau douce par tête et par an, aujourd'hui  sur seulement 150 m3. En comparaison les égyptiens bénéficient de 732 m3, les Syriens de 861 m3, et les Libanais de 949 m3. Comment Israël résout-il l’équation impossible : couvrir des besoins croissants alors que le climat est de plus en plus aride ?

¨  Par l'économie drastique de la ressource: Il prévient les fuites dans ses réseaux (10% de perte seulement), il optimise le stockage pour ne pas perdre une goutte. Il incite la population à l'économie par tous moyens (tarification progressive, mobilisation des consommateurs et des municipalités)

¨   Par le recyclage des eaux usées. Israël est le premier au monde dans ce domaine. 90% des eaux usées sont traitées et 82 % recyclées vers l'agriculture. Le second, l'Espagne ne recycle que 12% ! L'avantage du recyclage est double. Un, la maîtrise de la pollution, les nappes souterraines étant ainsi protégées des contaminations. Deux, des marges nouvelles pour la consommation domestique puisque l'agriculture utilise les eaux retraitées. Une multitude d'autres mesures ciblées visent les nombreuses  sources possibles de pollution.

¨   Par l'évolution continuelle des techniques. Les techniques agricoles avec la généralisation du goutte à goutte, l'évolution des semences et la reconversion des cultures. Les techniques de contrôle et de maintenance des réseaux de distribution, l'optimisation de la gestion globale. Les techniques de dessalement et de traitement des eaux saumâtres. L'osmose inverse a projeté Israël en tête des technologies mondiales. Grâce à elle, le coût du m3 est passé de 90 cts de dollar à 58 cts. Des objectifs de réduction de ce coût sont continuellement fixés. Le dessalement devient la première des sources d'eau douce d'Israël (600 millions de m3 par an prévus pour 2014)

¨   Par la formation des professionnels, l'implication des structures de recherche et la confrontation à la compétition internationale sur les nombreux marchés de l'eau.

Le modèle qui se dégage est celui du développement durable: conserver intact à tout prix le capital naturel, les aquifères, les cours d'eau, le milieu de vie de la population.

A la base de ce modèle: une motivation forte à tous les niveaux de la société, des efforts d'économie intenses imposés à la population, une débauche de créativité et d'intelligence, une coordination efficiente. Ce modèle est un bien collectif précieux, une contribution d'Israël à l'humanité. Toutes les zones du monde confrontées à l'économie aride et à la pression démographique et économique peuvent y trouver des idées et des solutions.

Publié dans Lettre n°6

Commenter cet article