Pas si mal lotis ! Les jeunes palestiniens sont en meilleure santé que les enfants de tous les autres pays arabes, même les plus riches

Publié le par Association France Israël Marseille

 

Un autre regard sur le Proche-Orient Editorial Lettre de FIM13 le 3 janvier 2011

enfants-palestiniens2.jpg

L’UNICEF (organisme dépendant de l’ONU) a publié en novembre 2009 une grande enquête sur la santé de l’enfant dans le monde qu’il faut rappeler.

La grande surprise de cette enquête vient des Palestiniens.

Voila une population qui ne bénéficie pas des avantages de ses homologues arabes. Elle n’a pas de pétrole, pas d’indépendance nationale, pas d’état. 

Elle connaît aussi l’une des fécondité les plus élevées au monde et donc une augmentation rapide qui devrait limiter les ressources alimentaires.

Et pourtant c’est elle qui enregistre le moins de retards de croissance dû au manque d’alimentation des pays arabes, mêmes des très riches pays pétroliers.

Le rapport de l’UNICEF identifie la grande misère en observant les retards de croissance des enfants de moins de 5 ans, imputables à la sous-alimentation aussi bien de la mère que de l'enfant.  195 millions d'enfants des pays en voie de développement restent petits faute de nourriture suffisante, ce qui est monstrueux.

Les pays les plus affectés sont l’Afghanistan, suivi de près du Yémen, du Guatemala, de Madagascar, du Burundi, du Malawi, de l’Éthiopie et du Rwanda où plus de la moitié des petits ont un retard de croissance. et en Inde où le taux dépasse 40%. Les pays arabes (sauf le Yémen), sont généralement mieux lotis. Mais les pays pétroliers qui disposent de richesses surabondantes enregistrent des taux lamentables: 24% pour le Koweït, 20% pour l’Arabie saoudite, plus de 15% pour les Emirats !

Pourquoi les Palestiniens sont-ils les Arabes les plus épargnés, les mieux lotis? Certes ils bénéficient d’une aide internationale par tête sans équivalent. Mais ils sont aussi les plus en contact avec Israël, un pays qui leur a transmis des principes occidentaux de santé publique et formé de nombreux cadres.

Tout se passe comme si le contact des cultures entre Arabes et Israéliens était plus que bénéfiques aux premiers. D’ailleurs les Arabes israéliens tiennent plus que tout à garder leur citoyenneté, pas la changer pour celle de Ramallah. Ils sont rationnels ! 

Publié dans la lettre0

Commenter cet article