La «gauche gauche» et les Verts embarquent dans la flottille du jihad

Publié le par Association France Israël Marseille

Ils font désormais cause commune avec une entreprise authentiquement jihadiste visant à libérer « Al Qods »


Pour un autre regard sur le Proche-Orient  Bulletin n° 3 6 juin 2011

 

Les moustaches de Staline doivent en trembler d'aise. Il fallait entendre Clémentine Autain réciter son morceau de novlangue dénonçant le drame gazaoui sur France-Culture (2 juin 2011) pour comprendre à quel point le petit père des peuples régit les neurones du monde de la Pro Palestine gauche/verte en France.

On pourrait signaler l'indécence de cet engagement à soi-disant secourir une population gazaouie soi-disant en crise humanitaire, souffrant d'un soi-disant blocus illégal, quand l'actualité nous met sous les yeux l'horreur que vivent les Syriens ou les Libyens, ainsi que le spectre de la faim dans sa pure brutalité qui fond sur l'innombrable population égyptienne. L'indécence n'a jamais fait ciller les croisés de l'antisionisme (disons pour être plus exacts de l'antisémitisme). Mais il est intéressant de noter que les accusations, injures et philippiques qui sont leur pain quotidien obéissent aux lois intangibles de l'idéologie.

D'abord l'indifférence totale à la réalité. Que tous les indicateurs montrent que les Gazaouis vivent aussi bien que leur voisins arabes (voir tableau ci-dessous), qu'un rapport de l'UNICEF sur l'enfance dans le monde de novembre 2009 montre qu'ils vivent mieux, que des personnalités incontestables comme la directrice adjointe de la Croix Rouge à Gaza, Mathilde Redmatn, affirme qu'il n'y a pas de crise humanitaire, que le Hamas limite lui-même les marchandises susceptibles d'entrer à Gaza, tout cela est sans importance pour l’idéologue. Il faut seulement mordre au sang l'état d'Israël.

Et l'accuser de violer le droit international ! Qu'importent les stipulations du recueil des pratiques de San Remo de 1994 ou les principes de la Déclaration de Londres de 1909 sur les conflits armés et leurs déclinaisons maritimes. Qu'importe que le Hamas se déclare lui-même en guerre contre Israël, et que joignant le geste à la parole, il lance ses commandos et crible de missiles son territoire et ses civils. Qu’importe que l’ONU inscrive dans sa Charte l’article 51 confirmant le droit de se défendre comme premier attribut de la souveraineté. Qu’importe  l’arraisonnement de navires bourrés d’armes, le Karine A, le Francop, et hier le Victoria. Qu’importe! Le doigt accusateur de Autain et de son cortège d’idéologues désigne Israël  et hurle à la haine.

Ensuite le travestissement des mots. La flottille de soutien à des terroristes génocidaire devient la «flottille de la liberté», la provocation devient «une démarche pacifique». Et aux mots dépourvus de sens s’ajoutent une pluie de références ineptes et une soumission quasiment religieuse aux ukases de la figure d’adoration palestinienne  (division de Jérusalem, lignes de 1967).

Enfin, une cause commune avec le totalitarisme et le terrorisme. Le président de l’IHH turque, Bulent Yildirim, définit publiquement les objectifs de guerre sainte de la flottille  «Même si nous sacrifions des shahids (martyrs) à cette cause, nous serons du côté de la justice… Tant que la Mosquée Al-Aqsa est prise en otage, ne vous attendez pas non plus à ce que nous restions silencieux ». Et empruntant la terminologie si caractéristique du Hamas, Mme Autain proclame que « la résistance est une vertu ».  Des mots qui ramènent à la surface ces images du sang des retraité fauchés à Netanya le soir du seder de Pessah, les corps de Tali Hatuel enceinte et de ses quatre enfants tués à bout touchant dans sa voiture, les bus et les cafés de Jérusalem criblés de débris humains, l’enlèvement de Guilad Shalit et sa détention épouvantable, les tirs de 10.000 missiles au hasard sur les civils. Mais aussi le cuisinier de Mahmoud Abbas jeté du haut d’un immeuble, les  jugements exécutés par balles dans les jambes, les agressions et humiliations contre les Chrétiens, …. Toute la grandeur de la « résistance »  à l’aune de Clémentine Autain.

Tel est le bout du chemin des idéologues. En France, ils ont acquis des positions décisives au sein des média, d’où ils poursuivent leur œuvre d’empoisonnement.  Mais il semble que l’opinion les reçoive de plus en plus mal

Indicateurs

Gaza

Egypte

Bahreïn

Fécondité

Nombre moyen d'enfants par femme

4,74

2,97

1,88

Mortalité infantile

17,12 pour mille

25,2 pour mille

10,43 pour mille

Espérance de vie

Durée de vie moyenne à la naissance

112 ème pays sur 223

73,92 ans

124 ème pays sur 223

72,66 ans

52 ème pays sur 223

78,15 ans

Alphabétisation

Personnes de plus de 15 ans sachant lire et écrire

92,4 %

71,4 %

86,5 %

Durée moyenne de la scolarité

14 ans

11 ans

14 ans

Publié dans Lettre n°3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article