Israël : 30 000 femmes otages -Hemla lutte contre l’intifada silencieuse

Publié le par Association France Israël Marseille

 

Israël : 30 000 femmes otages

Hemla lutte contre l’intifada silencieuse

Magazine Kabyle Mag, le 2 septembre 2011 www.kabylemag.com

 L’association Hemla lutte contre ce que l’on nomme en Israël «l’intifada silencieuse». L’information sur cette réalité n’est pas relayée en Europe.

De quoi s’agit-il ?

Des femmes juives israéliennes ou d’autres nationalités, sont régulièrement enlevées en Israël, séquestrées, maltraitées et violées dans les Kfars (villages) arabes.

L’association Hemla existe depuis 13 ans, avec à sa tête une rabbanite Ra’Hel Baranes qui consacre sa vie à sauver et à réparer les vies de ces femmes qui se sont échappées. Elle les recueille  dans un foyer afin de pouvoir les relancer dans la vie.

Autre-regard-numero4.png

 

Hemla est composée de 3 équipes :

. Une équipe de sauvetage qui risque sa vie tous les jours pour sauver les jeunes filles.

. Une équipe de prévention qui cherche dans les 4 coins d’Israël, dans les restaurants, hôtels, bars, supermarchés, universités, écoles, et autres, des jeunes filles de tout milieu social risquant de tomber dans ce piège.

. Une équipe au bureau qui reçoit les appels au secours des filles, parents, grands-parents, amis, etc. qui doivent recevoir une réponse immédiate.

 

Pour l’association Hemla, le plus difficile est de sauver ces filles “avant qu’elles n’aient d’enfants de ces viols innommables”.

30 000 femmes otages dans le plus grand silence

L’association Hemla essaie, au travers des médias de poursuivre son travail de prévention et de sensibilisation… Hélas et sans grande surprise, l’Europe se refuse à diffuser ce type d’information.

Des témoignages très durs de femmes se multiplient. Une jeune fille séduite sur son lieu de travail d’étudiante par un certain Avi… qui un jour de ballade ordinaire après 3 mois de fréquentation, l’emmènera de force dans un Kfar arabe, où elle est violée par Ibrahim (véritable prénom d’Avi) réduite à l’état d’esclave par la mère de ce dernier… elle avait subi pendant 1 an menaces, viols, coups, coupure totale avec le monde… et un enfant était né de ces atrocités, lorsque l’association Hemla l’a sauvée.

Ces hommes sont fiers de pouvoir ramener une Juive à la maison, comme s’ils remportaient une victoire, la victoire du jihad sur le peuple juif, et ils sont payés pour chaque fille juive détournée.

Leur technique est très au point. Ils choisissent leur proie. Ibrahim, Moussa et Youssouf deviennent Avi, Moshé ou Yossi, montrant beaucoup d’intérêt et de respect au début.

La jeune fille est piégée, prisonnière de cet homme. Si elle a le malheur de vouloir le quitter, les menaces et le calvaire commencent, pouvant se répercuter sur des familles entières.

Le but est de corrompre le judaïsme en engrossant les filles détournées.

Certaines jeunes filles prises au piège n’ont que 14 ans !

Les rencontres se font comme toutes les rencontres au monde, dans les universités, les boîtes de nuit, les bars, ou sur la plage…

Plus de 30 000 filles sont actuellement otages des arabes israéliens et palestiniens… souvent avec des enfants issus des viols.

Une question : pourquoi l’Europe, grande avocate de la cause féministe, ne relaye pas cette information ?

 

Publié dans lettre n°4

Commenter cet article